- - -
IPPF/Tommy Trenchard

Ressources

Dernières ressources de la fédération et de nos partenaires

Spotlight

A selection of resources from across the Federation

IPPF Regions' Achievements in 2023

Africa

Resource

Africa's Health Champions: IPPF Regions' Achievements in 2023

IPPF Africa Region has released its 2023 achievements video highlighting impactful work across the continent this past year. The 2-minute video gives a snapshot of IPPF's support for expanding access to family planning, advancing sexual and reproductive health rights through advocacy, supporting gender, equality, providing comprehensive sexuality education for youth, increasing access to safe abortion care, and eliminating harmful practices.
factsheet cover page
Resource

| 19 October 2023

IPPF ARO Factsheet 2023

L'IPPF Afrique (IPPFAR) a le plaisir de partager la dernière édition de sa brochure d'information.  La brochure donne un aperçu de la portée de l'IPPFAR, comptant 28 associations membres à part entière et 8 partenaires de collaboration dans 36 pays. Elle met en lumière les domaines d'intervention de l'IPPFAR, notamment la prestation de services intégrés, l'éducation sexuelle complète adaptée aux jeunes, le plaidoyer, le soutien aux mouvements féministes et l'aide humanitaire. Elle constitue une excellente ressource résumant le travail de l'IPPFAR en faveur de la santé et des droits sexuels et reproductifs et de l'autonomisation des communautés à travers l'Afrique.  Veuillez cliquer sur l'image ci-dessous pour la consulter ou défiler la page jusqu'à la fin pour télécharger le document au format PDF.  

factsheet cover page
Resource

| 18 May 2024

IPPF ARO Factsheet 2023

L'IPPF Afrique (IPPFAR) a le plaisir de partager la dernière édition de sa brochure d'information.  La brochure donne un aperçu de la portée de l'IPPFAR, comptant 28 associations membres à part entière et 8 partenaires de collaboration dans 36 pays. Elle met en lumière les domaines d'intervention de l'IPPFAR, notamment la prestation de services intégrés, l'éducation sexuelle complète adaptée aux jeunes, le plaidoyer, le soutien aux mouvements féministes et l'aide humanitaire. Elle constitue une excellente ressource résumant le travail de l'IPPFAR en faveur de la santé et des droits sexuels et reproductifs et de l'autonomisation des communautés à travers l'Afrique.  Veuillez cliquer sur l'image ci-dessous pour la consulter ou défiler la page jusqu'à la fin pour télécharger le document au format PDF.  

common senses cover 1
Resource

| 12 October 2023

Campagne "Sens Communs" - Lutter contre les stéréotypes en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs en Afrique subsaharienne

L'IPPFAR a lancé le 10 septembre 2023 une nouvelle campagne numérique intitulée "Sens Communs" pour remettre en question les stéréotypes et remodeler les récits sur la santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) dans toute l'Afrique subsaharienne. Cette campagne numérique audacieuse et innovante vise à briser les mythes et les idées fausses concernant le genre, l'orientation sexuelle, le handicap et l'accès aux soins de santé. Grâce à un contenu vidéo convaincant fondé sur les principes unificateurs de l'empathie, de l'humanité et de la philosophie Ubuntu, elle encouragera le public à ouvrir son esprit, à s'engager dans une discussion réfléchie et à reconsidérer les idées préconçues. En utilisant le pouvoir de l'empathie et des expériences humaines partagées, "Sens Communs" vise à transformer des sujets autrefois considérés comme tabous en une conversation ouverte et sans jugement. Il vise à Célébrer les sens communs qui nous humanisent et nous lient au-delà de nos différences, à travers les valeurs de l'Ubuntu. Changer le discours sur l'orientation sexuelle, l'identité de genre, l'expression et les rôles en créant et en soutenant un nouveau discours sur ce qui est juste, honnête et indéniablement humain. Responsabiliser le public en l'informant et en l'éduquant à l'aide de termes simples qui s'adressent aux femmes et aux jeunes filles, aux personnes handicapées et à la communauté LGBTIQ+. Aperçu de la campagne Enracinée dans la philosophie Ubuntu, cette campagne invite les jeunes Africains à embrasser les sens communs et les principes fondamentaux qui nous unissent tous : la liberté, la passion, l'unité et l'humanité. Relevez le défi, mettez à l'épreuve vos #CommonSenses ! Nous sommes tous simplement indéniablement humains. Notre campagne "Sens Communs" se déroule sur six grandes plateformes de médias sociaux : Facebook, Instagram, Twitter, TikTok, YouTube et Linkedin. Au cœur de la campagne, des vidéos percutantes montreront le monde à travers les yeux de groupes marginalisés, notamment les personnes LGBTQI+ et transgenres, les personnes handicapées et les victimes de harcèlement sexuel. En suscitant l'empathie, ces histoires encourageront le public à reconsidérer les idées reçues sur des sujets tels que l'identité de genre, l'orientation sexuelle et les droits des femmes. CONTEXTE DE L'ÉLABORATION DE "SENS COMMUNS" La santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) est un concept de droits humains appliqué à la sexualité et à la reproduction, qui englobe une série de droits fondamentaux, tels que le droit à la vie, à la santé, à la vie privée, à l'éducation et à la liberté de ne pas subir de discrimination. Ces principes garantissent que chacun a droit à des soins de santé reproductive accessibles, à des informations et à des infrastructures sans discrimination. Malgré ces droits, les stéréotypes liés au genre entravent souvent l'accès aux SDSR, en particulier pour les femmes, les personnes handicapées et les personnes LGBTQ+. Ces stéréotypes persistent dans de nombreux pays subsahariens, ce qui souligne la nécessité d'un changement de mentalité et d'un engagement des jeunes pour remodeler les récits concernant la santé et les droits reproductifs et sexuels. Contexte des femmes et des jeunes filles confrontées aux stéréotypes:  L'inégalité entre les sexes et les stéréotypes empêchent les femmes d'accéder aux soins de santé sexuelle et reproductive. Étant donné que 31 % des Africaines âgées de 20 à 24 ans sont mariées avant l'âge de 18 ans, il est essentiel de se préoccuper de la santé et des droits sexuels et reproductifs des adolescentes.[1] Une étude de l'UNFPA réalisée en 2021 a révélé qu'environ 49 millions de femmes sexuellement actives en Afrique de l'Est et en Afrique australe n'ont pas accès à des services modernes de contraception et de planification familiale, ce qui fait que les taux de grossesse chez les adolescentes dans la région sont deux fois plus élevés que la moyenne mondiale, avec 92 naissances pour 1 000 filles. 37 % des femmes de plus de 15 ans ayant déjà été en couple dans les pays à revenu faible ou intermédiaire de la région africaine ont subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part d'un partenaire intime au cours de leur vie.[2] Contexte des personnes handicapées face aux stéréotypes : Les personnes handicapées sont confrontées à une myriade d'obstacles liés à la demande et à l'offre pour accéder aux soins de santé sexuelle et reproductive en Afrique subsaharienne, en raison de la discrimination systémique et du déni de leurs besoins. Contexte de la communauté LGBTIQ+ face aux stéréotypes : Selon l'Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexes (ILGA), 33 des 54 États africains reconnus par les Nations unies ont des lois qui criminalisent les actes sexuels entre personnes de même sexe. Dans la plupart des 21 autres pays africains, l'homosexualité n'est pas criminalisée dans la législation. Toutefois, dans certains d'entre eux, des dispositions pénalisant les "actes contre nature", l'"indécence" ou la "débauche" sont utilisées à l'encontre des personnes LGBTIQ+. TÉMOIGNAGES Femmes et jeunes filles "La doctrine de notre Église veut que les filles se marient entre 12 et 16 ans pour s'assurer qu'elles ne commettent pas de péché en ayant des relations sexuelles en dehors du mariage. Dès qu'une fille atteint la puberté, n'importe quel homme de l'Église peut la prendre pour épouse" - femme, Soudan du Sud, 2015 [3]. Personnes handicapées "La plupart des femmes aiment me taquiner et me disent : "Viens, je veux t'épouser". Puis elles me disent : "Si je t'épouse, comment vas-tu me satisfaire sur le plan sexuel ?". J'ai répondu : "C'est le problème avec vous, lorsque vous regardez les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière ou de handicaps physiques, vous avez toujours cette mentalité qui consiste à dire qu'elles ne peuvent pas avoir de relations sexuelles, qu'elles ne peuvent pas faire ceci ou cela. C'est une grave erreur. Nous pouvons avoir des relations sexuelles. Nous pouvons vivre une vie normale comme tout le monde. Il faut donc que cette idée sorte de votre esprit" - Mandla, février 2021 - Afrique du Sud [4] Communauté LGBTIQ "Je suis un être humain avant d'avoir des relations sexuelles avec qui que ce soit. Je pourrais être un médecin offrant des services au centre de soins de santé, mais les médias me dépeignent uniquement comme un toxicomane sexuel." - Jam Session, 2023. RESSOURCES POUR LA CAMPAGNE Communiqué de presse de lancement de la campagne Vidéos de la campagne

common senses cover 1
Resource

| 18 May 2024

Campagne "Sens Communs" - Lutter contre les stéréotypes en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs en Afrique subsaharienne

L'IPPFAR a lancé le 10 septembre 2023 une nouvelle campagne numérique intitulée "Sens Communs" pour remettre en question les stéréotypes et remodeler les récits sur la santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) dans toute l'Afrique subsaharienne. Cette campagne numérique audacieuse et innovante vise à briser les mythes et les idées fausses concernant le genre, l'orientation sexuelle, le handicap et l'accès aux soins de santé. Grâce à un contenu vidéo convaincant fondé sur les principes unificateurs de l'empathie, de l'humanité et de la philosophie Ubuntu, elle encouragera le public à ouvrir son esprit, à s'engager dans une discussion réfléchie et à reconsidérer les idées préconçues. En utilisant le pouvoir de l'empathie et des expériences humaines partagées, "Sens Communs" vise à transformer des sujets autrefois considérés comme tabous en une conversation ouverte et sans jugement. Il vise à Célébrer les sens communs qui nous humanisent et nous lient au-delà de nos différences, à travers les valeurs de l'Ubuntu. Changer le discours sur l'orientation sexuelle, l'identité de genre, l'expression et les rôles en créant et en soutenant un nouveau discours sur ce qui est juste, honnête et indéniablement humain. Responsabiliser le public en l'informant et en l'éduquant à l'aide de termes simples qui s'adressent aux femmes et aux jeunes filles, aux personnes handicapées et à la communauté LGBTIQ+. Aperçu de la campagne Enracinée dans la philosophie Ubuntu, cette campagne invite les jeunes Africains à embrasser les sens communs et les principes fondamentaux qui nous unissent tous : la liberté, la passion, l'unité et l'humanité. Relevez le défi, mettez à l'épreuve vos #CommonSenses ! Nous sommes tous simplement indéniablement humains. Notre campagne "Sens Communs" se déroule sur six grandes plateformes de médias sociaux : Facebook, Instagram, Twitter, TikTok, YouTube et Linkedin. Au cœur de la campagne, des vidéos percutantes montreront le monde à travers les yeux de groupes marginalisés, notamment les personnes LGBTQI+ et transgenres, les personnes handicapées et les victimes de harcèlement sexuel. En suscitant l'empathie, ces histoires encourageront le public à reconsidérer les idées reçues sur des sujets tels que l'identité de genre, l'orientation sexuelle et les droits des femmes. CONTEXTE DE L'ÉLABORATION DE "SENS COMMUNS" La santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) est un concept de droits humains appliqué à la sexualité et à la reproduction, qui englobe une série de droits fondamentaux, tels que le droit à la vie, à la santé, à la vie privée, à l'éducation et à la liberté de ne pas subir de discrimination. Ces principes garantissent que chacun a droit à des soins de santé reproductive accessibles, à des informations et à des infrastructures sans discrimination. Malgré ces droits, les stéréotypes liés au genre entravent souvent l'accès aux SDSR, en particulier pour les femmes, les personnes handicapées et les personnes LGBTQ+. Ces stéréotypes persistent dans de nombreux pays subsahariens, ce qui souligne la nécessité d'un changement de mentalité et d'un engagement des jeunes pour remodeler les récits concernant la santé et les droits reproductifs et sexuels. Contexte des femmes et des jeunes filles confrontées aux stéréotypes:  L'inégalité entre les sexes et les stéréotypes empêchent les femmes d'accéder aux soins de santé sexuelle et reproductive. Étant donné que 31 % des Africaines âgées de 20 à 24 ans sont mariées avant l'âge de 18 ans, il est essentiel de se préoccuper de la santé et des droits sexuels et reproductifs des adolescentes.[1] Une étude de l'UNFPA réalisée en 2021 a révélé qu'environ 49 millions de femmes sexuellement actives en Afrique de l'Est et en Afrique australe n'ont pas accès à des services modernes de contraception et de planification familiale, ce qui fait que les taux de grossesse chez les adolescentes dans la région sont deux fois plus élevés que la moyenne mondiale, avec 92 naissances pour 1 000 filles. 37 % des femmes de plus de 15 ans ayant déjà été en couple dans les pays à revenu faible ou intermédiaire de la région africaine ont subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part d'un partenaire intime au cours de leur vie.[2] Contexte des personnes handicapées face aux stéréotypes : Les personnes handicapées sont confrontées à une myriade d'obstacles liés à la demande et à l'offre pour accéder aux soins de santé sexuelle et reproductive en Afrique subsaharienne, en raison de la discrimination systémique et du déni de leurs besoins. Contexte de la communauté LGBTIQ+ face aux stéréotypes : Selon l'Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexes (ILGA), 33 des 54 États africains reconnus par les Nations unies ont des lois qui criminalisent les actes sexuels entre personnes de même sexe. Dans la plupart des 21 autres pays africains, l'homosexualité n'est pas criminalisée dans la législation. Toutefois, dans certains d'entre eux, des dispositions pénalisant les "actes contre nature", l'"indécence" ou la "débauche" sont utilisées à l'encontre des personnes LGBTIQ+. TÉMOIGNAGES Femmes et jeunes filles "La doctrine de notre Église veut que les filles se marient entre 12 et 16 ans pour s'assurer qu'elles ne commettent pas de péché en ayant des relations sexuelles en dehors du mariage. Dès qu'une fille atteint la puberté, n'importe quel homme de l'Église peut la prendre pour épouse" - femme, Soudan du Sud, 2015 [3]. Personnes handicapées "La plupart des femmes aiment me taquiner et me disent : "Viens, je veux t'épouser". Puis elles me disent : "Si je t'épouse, comment vas-tu me satisfaire sur le plan sexuel ?". J'ai répondu : "C'est le problème avec vous, lorsque vous regardez les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière ou de handicaps physiques, vous avez toujours cette mentalité qui consiste à dire qu'elles ne peuvent pas avoir de relations sexuelles, qu'elles ne peuvent pas faire ceci ou cela. C'est une grave erreur. Nous pouvons avoir des relations sexuelles. Nous pouvons vivre une vie normale comme tout le monde. Il faut donc que cette idée sorte de votre esprit" - Mandla, février 2021 - Afrique du Sud [4] Communauté LGBTIQ "Je suis un être humain avant d'avoir des relations sexuelles avec qui que ce soit. Je pourrais être un médecin offrant des services au centre de soins de santé, mais les médias me dépeignent uniquement comme un toxicomane sexuel." - Jam Session, 2023. RESSOURCES POUR LA CAMPAGNE Communiqué de presse de lancement de la campagne Vidéos de la campagne

Projet 3M
Resource

| 11 May 2023

Videos - Projet 3M: Mes Droits, Ma Santé, Mon Avenir

Ces vidéos présentent les résultats concrets du projet "Mes Droits, Ma Santé, Mon Avenir" de l'IPPF, mis en œuvre avec le financement du Fonds de Solidarité pour les Projets Innovants (FSPi) dans trois pays d'Afrique de l'Ouest : le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. Lancé en 2021 pour une durée de deux ans, ce projet vise à contribuer à la réduction des inégalités entre les sexes en autonomisant les jeunes et en renforçant les organisations de la société civile féministes locales sur le plan technique, afin de transformer les normes de genre en faveur des droits sexuels des adolescents et des jeunes. Au Burkina Faso, le projet a permis des avancées significatives dans la promotion de la santé sexuelle et reproductive des jeunes. Plusieurs jeunes ont été formés aux questions de santé sexuelle et reproductive, de genre et de droits humains, et ont pu bénéficier de services de santé adaptés à leurs besoins. Des campagnes de sensibilisation ont également été menées auprès des communautés locales, ce qui a permis de changer les attitudes et les comportements en faveur de l'égalité entre les sexes. Regardez la vidéo du Burkina Faso: https://youtu.be/3Y7hCMtafp8 Au Niger, le projet a permis de renforcer les capacités des organisations de la société civile féministes locales en matière de plaidoyer et de mobilisation communautaire. Grâce à des formations et à des appuis techniques, ces organisations ont pu mener des actions de sensibilisation et de plaidoyer auprès des décideurs politiques et des communautés locales, en faveur de l'accès des jeunes aux services de santé sexuelle et reproductive et de la promotion de l'égalité entre les sexes. Regardez la vidéo du Niger: https://youtu.be/I8z0sE5Orhw Au Tchad, le projet a également contribué à renforcer les capacités des organisations de la société civile féministes locales en matière de plaidoyer et de mobilisation communautaire. Les organisations ont mené des actions de plaidoyer auprès des décideurs politiques et des communautés locales, pour promouvoir l'accès des jeunes aux services de santé sexuelle et reproductive et l'égalité entre les sexes. Regardez la vidéo du Tchad: https://youtu.be/wpfVYZptLUM   La vidéo résumant les résultats dans les 3 pays est disponible ci-dessous.

Projet 3M
Resource

| 18 May 2024

Videos - Projet 3M: Mes Droits, Ma Santé, Mon Avenir

Ces vidéos présentent les résultats concrets du projet "Mes Droits, Ma Santé, Mon Avenir" de l'IPPF, mis en œuvre avec le financement du Fonds de Solidarité pour les Projets Innovants (FSPi) dans trois pays d'Afrique de l'Ouest : le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. Lancé en 2021 pour une durée de deux ans, ce projet vise à contribuer à la réduction des inégalités entre les sexes en autonomisant les jeunes et en renforçant les organisations de la société civile féministes locales sur le plan technique, afin de transformer les normes de genre en faveur des droits sexuels des adolescents et des jeunes. Au Burkina Faso, le projet a permis des avancées significatives dans la promotion de la santé sexuelle et reproductive des jeunes. Plusieurs jeunes ont été formés aux questions de santé sexuelle et reproductive, de genre et de droits humains, et ont pu bénéficier de services de santé adaptés à leurs besoins. Des campagnes de sensibilisation ont également été menées auprès des communautés locales, ce qui a permis de changer les attitudes et les comportements en faveur de l'égalité entre les sexes. Regardez la vidéo du Burkina Faso: https://youtu.be/3Y7hCMtafp8 Au Niger, le projet a permis de renforcer les capacités des organisations de la société civile féministes locales en matière de plaidoyer et de mobilisation communautaire. Grâce à des formations et à des appuis techniques, ces organisations ont pu mener des actions de sensibilisation et de plaidoyer auprès des décideurs politiques et des communautés locales, en faveur de l'accès des jeunes aux services de santé sexuelle et reproductive et de la promotion de l'égalité entre les sexes. Regardez la vidéo du Niger: https://youtu.be/I8z0sE5Orhw Au Tchad, le projet a également contribué à renforcer les capacités des organisations de la société civile féministes locales en matière de plaidoyer et de mobilisation communautaire. Les organisations ont mené des actions de plaidoyer auprès des décideurs politiques et des communautés locales, pour promouvoir l'accès des jeunes aux services de santé sexuelle et reproductive et l'égalité entre les sexes. Regardez la vidéo du Tchad: https://youtu.be/wpfVYZptLUM   La vidéo résumant les résultats dans les 3 pays est disponible ci-dessous.

CHARTER COVER
Resource

| 09 May 2023

Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique

Le Protocole de Maputo Le protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (protocole de Maputo) reste l'un des instruments juridiques les plus progressistes qui offre un ensemble complet de droits humains aux femmes africaines. Contrairement à tout autre instrument relatif aux droits de la femme, il détaille un large éventail de droits fondamentaux pour les femmes, couvrant l'ensemble des droits civils et politiques, économiques, sociaux et culturels, ainsi que les droits environnementaux. Il ne serait pas incorrect de l'appeler la Charte africaine des droits de l'homme des femmes. Date d'Adoption: 01 Juillet 2003 Date de la dernière signature:  17 Septembre 2019 Date d'entrée en vigueur:  25 Novembre 2005    Texte du Traité:  Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (Anglais) Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (Français) Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (Portugais)   Liste de Statuts:  Liste de Statuts (Anglais)  

CHARTER COVER
Resource

| 18 May 2024

Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique

Le Protocole de Maputo Le protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (protocole de Maputo) reste l'un des instruments juridiques les plus progressistes qui offre un ensemble complet de droits humains aux femmes africaines. Contrairement à tout autre instrument relatif aux droits de la femme, il détaille un large éventail de droits fondamentaux pour les femmes, couvrant l'ensemble des droits civils et politiques, économiques, sociaux et culturels, ainsi que les droits environnementaux. Il ne serait pas incorrect de l'appeler la Charte africaine des droits de l'homme des femmes. Date d'Adoption: 01 Juillet 2003 Date de la dernière signature:  17 Septembre 2019 Date d'entrée en vigueur:  25 Novembre 2005    Texte du Traité:  Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (Anglais) Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (Français) Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (Portugais)   Liste de Statuts:  Liste de Statuts (Anglais)  

Ya Magazine
Resource

| 10 March 2023

YA Magazine - Le Journal du Mouvement d'Action des Jeunes - Dec 2022

Afin de boucler l’année 2022, les jeunes du MAJ se sont donnés pour objectif de produire un périodique dit « YA » magazine. . En le créant, les jeunes de l’Afrique francophone, lusophone et anglophone ont voulu s’affirmer par leurs différentes actions. « YA » Magazine est une nouvelle formule de l’engagement des jeunes africains pour la santé sexuelle et reproductive. Il s’agit aussi d’une manière de présenter ce que font les jeunes. « YA » n’est pas que le diminutif du Mouvement Action Jeunes. « YA », c’est aussi une façon de dire « Yes we work, yes we can ». Un moyen de clamer haut et fort que le MAJ assure, le MAJ travaille. Clicquez sur l'image ci-dessous pour télécharger et lire le magazine.  

Ya Magazine
Resource

| 18 May 2024

YA Magazine - Le Journal du Mouvement d'Action des Jeunes - Dec 2022

Afin de boucler l’année 2022, les jeunes du MAJ se sont donnés pour objectif de produire un périodique dit « YA » magazine. . En le créant, les jeunes de l’Afrique francophone, lusophone et anglophone ont voulu s’affirmer par leurs différentes actions. « YA » Magazine est une nouvelle formule de l’engagement des jeunes africains pour la santé sexuelle et reproductive. Il s’agit aussi d’une manière de présenter ce que font les jeunes. « YA » n’est pas que le diminutif du Mouvement Action Jeunes. « YA », c’est aussi une façon de dire « Yes we work, yes we can ». Un moyen de clamer haut et fort que le MAJ assure, le MAJ travaille. Clicquez sur l'image ci-dessous pour télécharger et lire le magazine.  

Abidjan launch party
Resource

| 16 November 2022

Soirée de lancement du sous bureau IPPF de l'Afrique de l'Ouest et du Centre

Le bureau Afrique de la Fédération Internationale pour la Planification Familiale (#IPPF) a réuni du 17 au 22 octobre à Abidjan, l’ensemble des Directeurs exécutifs et Présidents des Mouvements d'Actions des Jeunes (MAJ) de ses Associations Membres de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (francophones, anglophones et lusophones) dans le cadre du lancement de son nouveau sous bureau pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Revivez les moments forts de cet événement ici Abidjan Sub Office Launch Photo Album et sur la video ci-dessous.

Abidjan launch party
Resource

| 18 May 2024

Soirée de lancement du sous bureau IPPF de l'Afrique de l'Ouest et du Centre

Le bureau Afrique de la Fédération Internationale pour la Planification Familiale (#IPPF) a réuni du 17 au 22 octobre à Abidjan, l’ensemble des Directeurs exécutifs et Présidents des Mouvements d'Actions des Jeunes (MAJ) de ses Associations Membres de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (francophones, anglophones et lusophones) dans le cadre du lancement de son nouveau sous bureau pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Revivez les moments forts de cet événement ici Abidjan Sub Office Launch Photo Album et sur la video ci-dessous.

factsheet cover page
Resource

| 19 October 2023

IPPF ARO Factsheet 2023

L'IPPF Afrique (IPPFAR) a le plaisir de partager la dernière édition de sa brochure d'information.  La brochure donne un aperçu de la portée de l'IPPFAR, comptant 28 associations membres à part entière et 8 partenaires de collaboration dans 36 pays. Elle met en lumière les domaines d'intervention de l'IPPFAR, notamment la prestation de services intégrés, l'éducation sexuelle complète adaptée aux jeunes, le plaidoyer, le soutien aux mouvements féministes et l'aide humanitaire. Elle constitue une excellente ressource résumant le travail de l'IPPFAR en faveur de la santé et des droits sexuels et reproductifs et de l'autonomisation des communautés à travers l'Afrique.  Veuillez cliquer sur l'image ci-dessous pour la consulter ou défiler la page jusqu'à la fin pour télécharger le document au format PDF.  

factsheet cover page
Resource

| 18 May 2024

IPPF ARO Factsheet 2023

L'IPPF Afrique (IPPFAR) a le plaisir de partager la dernière édition de sa brochure d'information.  La brochure donne un aperçu de la portée de l'IPPFAR, comptant 28 associations membres à part entière et 8 partenaires de collaboration dans 36 pays. Elle met en lumière les domaines d'intervention de l'IPPFAR, notamment la prestation de services intégrés, l'éducation sexuelle complète adaptée aux jeunes, le plaidoyer, le soutien aux mouvements féministes et l'aide humanitaire. Elle constitue une excellente ressource résumant le travail de l'IPPFAR en faveur de la santé et des droits sexuels et reproductifs et de l'autonomisation des communautés à travers l'Afrique.  Veuillez cliquer sur l'image ci-dessous pour la consulter ou défiler la page jusqu'à la fin pour télécharger le document au format PDF.  

common senses cover 1
Resource

| 12 October 2023

Campagne "Sens Communs" - Lutter contre les stéréotypes en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs en Afrique subsaharienne

L'IPPFAR a lancé le 10 septembre 2023 une nouvelle campagne numérique intitulée "Sens Communs" pour remettre en question les stéréotypes et remodeler les récits sur la santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) dans toute l'Afrique subsaharienne. Cette campagne numérique audacieuse et innovante vise à briser les mythes et les idées fausses concernant le genre, l'orientation sexuelle, le handicap et l'accès aux soins de santé. Grâce à un contenu vidéo convaincant fondé sur les principes unificateurs de l'empathie, de l'humanité et de la philosophie Ubuntu, elle encouragera le public à ouvrir son esprit, à s'engager dans une discussion réfléchie et à reconsidérer les idées préconçues. En utilisant le pouvoir de l'empathie et des expériences humaines partagées, "Sens Communs" vise à transformer des sujets autrefois considérés comme tabous en une conversation ouverte et sans jugement. Il vise à Célébrer les sens communs qui nous humanisent et nous lient au-delà de nos différences, à travers les valeurs de l'Ubuntu. Changer le discours sur l'orientation sexuelle, l'identité de genre, l'expression et les rôles en créant et en soutenant un nouveau discours sur ce qui est juste, honnête et indéniablement humain. Responsabiliser le public en l'informant et en l'éduquant à l'aide de termes simples qui s'adressent aux femmes et aux jeunes filles, aux personnes handicapées et à la communauté LGBTIQ+. Aperçu de la campagne Enracinée dans la philosophie Ubuntu, cette campagne invite les jeunes Africains à embrasser les sens communs et les principes fondamentaux qui nous unissent tous : la liberté, la passion, l'unité et l'humanité. Relevez le défi, mettez à l'épreuve vos #CommonSenses ! Nous sommes tous simplement indéniablement humains. Notre campagne "Sens Communs" se déroule sur six grandes plateformes de médias sociaux : Facebook, Instagram, Twitter, TikTok, YouTube et Linkedin. Au cœur de la campagne, des vidéos percutantes montreront le monde à travers les yeux de groupes marginalisés, notamment les personnes LGBTQI+ et transgenres, les personnes handicapées et les victimes de harcèlement sexuel. En suscitant l'empathie, ces histoires encourageront le public à reconsidérer les idées reçues sur des sujets tels que l'identité de genre, l'orientation sexuelle et les droits des femmes. CONTEXTE DE L'ÉLABORATION DE "SENS COMMUNS" La santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) est un concept de droits humains appliqué à la sexualité et à la reproduction, qui englobe une série de droits fondamentaux, tels que le droit à la vie, à la santé, à la vie privée, à l'éducation et à la liberté de ne pas subir de discrimination. Ces principes garantissent que chacun a droit à des soins de santé reproductive accessibles, à des informations et à des infrastructures sans discrimination. Malgré ces droits, les stéréotypes liés au genre entravent souvent l'accès aux SDSR, en particulier pour les femmes, les personnes handicapées et les personnes LGBTQ+. Ces stéréotypes persistent dans de nombreux pays subsahariens, ce qui souligne la nécessité d'un changement de mentalité et d'un engagement des jeunes pour remodeler les récits concernant la santé et les droits reproductifs et sexuels. Contexte des femmes et des jeunes filles confrontées aux stéréotypes:  L'inégalité entre les sexes et les stéréotypes empêchent les femmes d'accéder aux soins de santé sexuelle et reproductive. Étant donné que 31 % des Africaines âgées de 20 à 24 ans sont mariées avant l'âge de 18 ans, il est essentiel de se préoccuper de la santé et des droits sexuels et reproductifs des adolescentes.[1] Une étude de l'UNFPA réalisée en 2021 a révélé qu'environ 49 millions de femmes sexuellement actives en Afrique de l'Est et en Afrique australe n'ont pas accès à des services modernes de contraception et de planification familiale, ce qui fait que les taux de grossesse chez les adolescentes dans la région sont deux fois plus élevés que la moyenne mondiale, avec 92 naissances pour 1 000 filles. 37 % des femmes de plus de 15 ans ayant déjà été en couple dans les pays à revenu faible ou intermédiaire de la région africaine ont subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part d'un partenaire intime au cours de leur vie.[2] Contexte des personnes handicapées face aux stéréotypes : Les personnes handicapées sont confrontées à une myriade d'obstacles liés à la demande et à l'offre pour accéder aux soins de santé sexuelle et reproductive en Afrique subsaharienne, en raison de la discrimination systémique et du déni de leurs besoins. Contexte de la communauté LGBTIQ+ face aux stéréotypes : Selon l'Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexes (ILGA), 33 des 54 États africains reconnus par les Nations unies ont des lois qui criminalisent les actes sexuels entre personnes de même sexe. Dans la plupart des 21 autres pays africains, l'homosexualité n'est pas criminalisée dans la législation. Toutefois, dans certains d'entre eux, des dispositions pénalisant les "actes contre nature", l'"indécence" ou la "débauche" sont utilisées à l'encontre des personnes LGBTIQ+. TÉMOIGNAGES Femmes et jeunes filles "La doctrine de notre Église veut que les filles se marient entre 12 et 16 ans pour s'assurer qu'elles ne commettent pas de péché en ayant des relations sexuelles en dehors du mariage. Dès qu'une fille atteint la puberté, n'importe quel homme de l'Église peut la prendre pour épouse" - femme, Soudan du Sud, 2015 [3]. Personnes handicapées "La plupart des femmes aiment me taquiner et me disent : "Viens, je veux t'épouser". Puis elles me disent : "Si je t'épouse, comment vas-tu me satisfaire sur le plan sexuel ?". J'ai répondu : "C'est le problème avec vous, lorsque vous regardez les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière ou de handicaps physiques, vous avez toujours cette mentalité qui consiste à dire qu'elles ne peuvent pas avoir de relations sexuelles, qu'elles ne peuvent pas faire ceci ou cela. C'est une grave erreur. Nous pouvons avoir des relations sexuelles. Nous pouvons vivre une vie normale comme tout le monde. Il faut donc que cette idée sorte de votre esprit" - Mandla, février 2021 - Afrique du Sud [4] Communauté LGBTIQ "Je suis un être humain avant d'avoir des relations sexuelles avec qui que ce soit. Je pourrais être un médecin offrant des services au centre de soins de santé, mais les médias me dépeignent uniquement comme un toxicomane sexuel." - Jam Session, 2023. RESSOURCES POUR LA CAMPAGNE Communiqué de presse de lancement de la campagne Vidéos de la campagne

common senses cover 1
Resource

| 18 May 2024

Campagne "Sens Communs" - Lutter contre les stéréotypes en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs en Afrique subsaharienne

L'IPPFAR a lancé le 10 septembre 2023 une nouvelle campagne numérique intitulée "Sens Communs" pour remettre en question les stéréotypes et remodeler les récits sur la santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) dans toute l'Afrique subsaharienne. Cette campagne numérique audacieuse et innovante vise à briser les mythes et les idées fausses concernant le genre, l'orientation sexuelle, le handicap et l'accès aux soins de santé. Grâce à un contenu vidéo convaincant fondé sur les principes unificateurs de l'empathie, de l'humanité et de la philosophie Ubuntu, elle encouragera le public à ouvrir son esprit, à s'engager dans une discussion réfléchie et à reconsidérer les idées préconçues. En utilisant le pouvoir de l'empathie et des expériences humaines partagées, "Sens Communs" vise à transformer des sujets autrefois considérés comme tabous en une conversation ouverte et sans jugement. Il vise à Célébrer les sens communs qui nous humanisent et nous lient au-delà de nos différences, à travers les valeurs de l'Ubuntu. Changer le discours sur l'orientation sexuelle, l'identité de genre, l'expression et les rôles en créant et en soutenant un nouveau discours sur ce qui est juste, honnête et indéniablement humain. Responsabiliser le public en l'informant et en l'éduquant à l'aide de termes simples qui s'adressent aux femmes et aux jeunes filles, aux personnes handicapées et à la communauté LGBTIQ+. Aperçu de la campagne Enracinée dans la philosophie Ubuntu, cette campagne invite les jeunes Africains à embrasser les sens communs et les principes fondamentaux qui nous unissent tous : la liberté, la passion, l'unité et l'humanité. Relevez le défi, mettez à l'épreuve vos #CommonSenses ! Nous sommes tous simplement indéniablement humains. Notre campagne "Sens Communs" se déroule sur six grandes plateformes de médias sociaux : Facebook, Instagram, Twitter, TikTok, YouTube et Linkedin. Au cœur de la campagne, des vidéos percutantes montreront le monde à travers les yeux de groupes marginalisés, notamment les personnes LGBTQI+ et transgenres, les personnes handicapées et les victimes de harcèlement sexuel. En suscitant l'empathie, ces histoires encourageront le public à reconsidérer les idées reçues sur des sujets tels que l'identité de genre, l'orientation sexuelle et les droits des femmes. CONTEXTE DE L'ÉLABORATION DE "SENS COMMUNS" La santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) est un concept de droits humains appliqué à la sexualité et à la reproduction, qui englobe une série de droits fondamentaux, tels que le droit à la vie, à la santé, à la vie privée, à l'éducation et à la liberté de ne pas subir de discrimination. Ces principes garantissent que chacun a droit à des soins de santé reproductive accessibles, à des informations et à des infrastructures sans discrimination. Malgré ces droits, les stéréotypes liés au genre entravent souvent l'accès aux SDSR, en particulier pour les femmes, les personnes handicapées et les personnes LGBTQ+. Ces stéréotypes persistent dans de nombreux pays subsahariens, ce qui souligne la nécessité d'un changement de mentalité et d'un engagement des jeunes pour remodeler les récits concernant la santé et les droits reproductifs et sexuels. Contexte des femmes et des jeunes filles confrontées aux stéréotypes:  L'inégalité entre les sexes et les stéréotypes empêchent les femmes d'accéder aux soins de santé sexuelle et reproductive. Étant donné que 31 % des Africaines âgées de 20 à 24 ans sont mariées avant l'âge de 18 ans, il est essentiel de se préoccuper de la santé et des droits sexuels et reproductifs des adolescentes.[1] Une étude de l'UNFPA réalisée en 2021 a révélé qu'environ 49 millions de femmes sexuellement actives en Afrique de l'Est et en Afrique australe n'ont pas accès à des services modernes de contraception et de planification familiale, ce qui fait que les taux de grossesse chez les adolescentes dans la région sont deux fois plus élevés que la moyenne mondiale, avec 92 naissances pour 1 000 filles. 37 % des femmes de plus de 15 ans ayant déjà été en couple dans les pays à revenu faible ou intermédiaire de la région africaine ont subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part d'un partenaire intime au cours de leur vie.[2] Contexte des personnes handicapées face aux stéréotypes : Les personnes handicapées sont confrontées à une myriade d'obstacles liés à la demande et à l'offre pour accéder aux soins de santé sexuelle et reproductive en Afrique subsaharienne, en raison de la discrimination systémique et du déni de leurs besoins. Contexte de la communauté LGBTIQ+ face aux stéréotypes : Selon l'Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexes (ILGA), 33 des 54 États africains reconnus par les Nations unies ont des lois qui criminalisent les actes sexuels entre personnes de même sexe. Dans la plupart des 21 autres pays africains, l'homosexualité n'est pas criminalisée dans la législation. Toutefois, dans certains d'entre eux, des dispositions pénalisant les "actes contre nature", l'"indécence" ou la "débauche" sont utilisées à l'encontre des personnes LGBTIQ+. TÉMOIGNAGES Femmes et jeunes filles "La doctrine de notre Église veut que les filles se marient entre 12 et 16 ans pour s'assurer qu'elles ne commettent pas de péché en ayant des relations sexuelles en dehors du mariage. Dès qu'une fille atteint la puberté, n'importe quel homme de l'Église peut la prendre pour épouse" - femme, Soudan du Sud, 2015 [3]. Personnes handicapées "La plupart des femmes aiment me taquiner et me disent : "Viens, je veux t'épouser". Puis elles me disent : "Si je t'épouse, comment vas-tu me satisfaire sur le plan sexuel ?". J'ai répondu : "C'est le problème avec vous, lorsque vous regardez les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière ou de handicaps physiques, vous avez toujours cette mentalité qui consiste à dire qu'elles ne peuvent pas avoir de relations sexuelles, qu'elles ne peuvent pas faire ceci ou cela. C'est une grave erreur. Nous pouvons avoir des relations sexuelles. Nous pouvons vivre une vie normale comme tout le monde. Il faut donc que cette idée sorte de votre esprit" - Mandla, février 2021 - Afrique du Sud [4] Communauté LGBTIQ "Je suis un être humain avant d'avoir des relations sexuelles avec qui que ce soit. Je pourrais être un médecin offrant des services au centre de soins de santé, mais les médias me dépeignent uniquement comme un toxicomane sexuel." - Jam Session, 2023. RESSOURCES POUR LA CAMPAGNE Communiqué de presse de lancement de la campagne Vidéos de la campagne

Projet 3M
Resource

| 11 May 2023

Videos - Projet 3M: Mes Droits, Ma Santé, Mon Avenir

Ces vidéos présentent les résultats concrets du projet "Mes Droits, Ma Santé, Mon Avenir" de l'IPPF, mis en œuvre avec le financement du Fonds de Solidarité pour les Projets Innovants (FSPi) dans trois pays d'Afrique de l'Ouest : le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. Lancé en 2021 pour une durée de deux ans, ce projet vise à contribuer à la réduction des inégalités entre les sexes en autonomisant les jeunes et en renforçant les organisations de la société civile féministes locales sur le plan technique, afin de transformer les normes de genre en faveur des droits sexuels des adolescents et des jeunes. Au Burkina Faso, le projet a permis des avancées significatives dans la promotion de la santé sexuelle et reproductive des jeunes. Plusieurs jeunes ont été formés aux questions de santé sexuelle et reproductive, de genre et de droits humains, et ont pu bénéficier de services de santé adaptés à leurs besoins. Des campagnes de sensibilisation ont également été menées auprès des communautés locales, ce qui a permis de changer les attitudes et les comportements en faveur de l'égalité entre les sexes. Regardez la vidéo du Burkina Faso: https://youtu.be/3Y7hCMtafp8 Au Niger, le projet a permis de renforcer les capacités des organisations de la société civile féministes locales en matière de plaidoyer et de mobilisation communautaire. Grâce à des formations et à des appuis techniques, ces organisations ont pu mener des actions de sensibilisation et de plaidoyer auprès des décideurs politiques et des communautés locales, en faveur de l'accès des jeunes aux services de santé sexuelle et reproductive et de la promotion de l'égalité entre les sexes. Regardez la vidéo du Niger: https://youtu.be/I8z0sE5Orhw Au Tchad, le projet a également contribué à renforcer les capacités des organisations de la société civile féministes locales en matière de plaidoyer et de mobilisation communautaire. Les organisations ont mené des actions de plaidoyer auprès des décideurs politiques et des communautés locales, pour promouvoir l'accès des jeunes aux services de santé sexuelle et reproductive et l'égalité entre les sexes. Regardez la vidéo du Tchad: https://youtu.be/wpfVYZptLUM   La vidéo résumant les résultats dans les 3 pays est disponible ci-dessous.

Projet 3M
Resource

| 18 May 2024

Videos - Projet 3M: Mes Droits, Ma Santé, Mon Avenir

Ces vidéos présentent les résultats concrets du projet "Mes Droits, Ma Santé, Mon Avenir" de l'IPPF, mis en œuvre avec le financement du Fonds de Solidarité pour les Projets Innovants (FSPi) dans trois pays d'Afrique de l'Ouest : le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. Lancé en 2021 pour une durée de deux ans, ce projet vise à contribuer à la réduction des inégalités entre les sexes en autonomisant les jeunes et en renforçant les organisations de la société civile féministes locales sur le plan technique, afin de transformer les normes de genre en faveur des droits sexuels des adolescents et des jeunes. Au Burkina Faso, le projet a permis des avancées significatives dans la promotion de la santé sexuelle et reproductive des jeunes. Plusieurs jeunes ont été formés aux questions de santé sexuelle et reproductive, de genre et de droits humains, et ont pu bénéficier de services de santé adaptés à leurs besoins. Des campagnes de sensibilisation ont également été menées auprès des communautés locales, ce qui a permis de changer les attitudes et les comportements en faveur de l'égalité entre les sexes. Regardez la vidéo du Burkina Faso: https://youtu.be/3Y7hCMtafp8 Au Niger, le projet a permis de renforcer les capacités des organisations de la société civile féministes locales en matière de plaidoyer et de mobilisation communautaire. Grâce à des formations et à des appuis techniques, ces organisations ont pu mener des actions de sensibilisation et de plaidoyer auprès des décideurs politiques et des communautés locales, en faveur de l'accès des jeunes aux services de santé sexuelle et reproductive et de la promotion de l'égalité entre les sexes. Regardez la vidéo du Niger: https://youtu.be/I8z0sE5Orhw Au Tchad, le projet a également contribué à renforcer les capacités des organisations de la société civile féministes locales en matière de plaidoyer et de mobilisation communautaire. Les organisations ont mené des actions de plaidoyer auprès des décideurs politiques et des communautés locales, pour promouvoir l'accès des jeunes aux services de santé sexuelle et reproductive et l'égalité entre les sexes. Regardez la vidéo du Tchad: https://youtu.be/wpfVYZptLUM   La vidéo résumant les résultats dans les 3 pays est disponible ci-dessous.

CHARTER COVER
Resource

| 09 May 2023

Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique

Le Protocole de Maputo Le protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (protocole de Maputo) reste l'un des instruments juridiques les plus progressistes qui offre un ensemble complet de droits humains aux femmes africaines. Contrairement à tout autre instrument relatif aux droits de la femme, il détaille un large éventail de droits fondamentaux pour les femmes, couvrant l'ensemble des droits civils et politiques, économiques, sociaux et culturels, ainsi que les droits environnementaux. Il ne serait pas incorrect de l'appeler la Charte africaine des droits de l'homme des femmes. Date d'Adoption: 01 Juillet 2003 Date de la dernière signature:  17 Septembre 2019 Date d'entrée en vigueur:  25 Novembre 2005    Texte du Traité:  Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (Anglais) Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (Français) Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (Portugais)   Liste de Statuts:  Liste de Statuts (Anglais)  

CHARTER COVER
Resource

| 18 May 2024

Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique

Le Protocole de Maputo Le protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (protocole de Maputo) reste l'un des instruments juridiques les plus progressistes qui offre un ensemble complet de droits humains aux femmes africaines. Contrairement à tout autre instrument relatif aux droits de la femme, il détaille un large éventail de droits fondamentaux pour les femmes, couvrant l'ensemble des droits civils et politiques, économiques, sociaux et culturels, ainsi que les droits environnementaux. Il ne serait pas incorrect de l'appeler la Charte africaine des droits de l'homme des femmes. Date d'Adoption: 01 Juillet 2003 Date de la dernière signature:  17 Septembre 2019 Date d'entrée en vigueur:  25 Novembre 2005    Texte du Traité:  Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (Anglais) Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (Français) Protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (Portugais)   Liste de Statuts:  Liste de Statuts (Anglais)  

Ya Magazine
Resource

| 10 March 2023

YA Magazine - Le Journal du Mouvement d'Action des Jeunes - Dec 2022

Afin de boucler l’année 2022, les jeunes du MAJ se sont donnés pour objectif de produire un périodique dit « YA » magazine. . En le créant, les jeunes de l’Afrique francophone, lusophone et anglophone ont voulu s’affirmer par leurs différentes actions. « YA » Magazine est une nouvelle formule de l’engagement des jeunes africains pour la santé sexuelle et reproductive. Il s’agit aussi d’une manière de présenter ce que font les jeunes. « YA » n’est pas que le diminutif du Mouvement Action Jeunes. « YA », c’est aussi une façon de dire « Yes we work, yes we can ». Un moyen de clamer haut et fort que le MAJ assure, le MAJ travaille. Clicquez sur l'image ci-dessous pour télécharger et lire le magazine.  

Ya Magazine
Resource

| 18 May 2024

YA Magazine - Le Journal du Mouvement d'Action des Jeunes - Dec 2022

Afin de boucler l’année 2022, les jeunes du MAJ se sont donnés pour objectif de produire un périodique dit « YA » magazine. . En le créant, les jeunes de l’Afrique francophone, lusophone et anglophone ont voulu s’affirmer par leurs différentes actions. « YA » Magazine est une nouvelle formule de l’engagement des jeunes africains pour la santé sexuelle et reproductive. Il s’agit aussi d’une manière de présenter ce que font les jeunes. « YA » n’est pas que le diminutif du Mouvement Action Jeunes. « YA », c’est aussi une façon de dire « Yes we work, yes we can ». Un moyen de clamer haut et fort que le MAJ assure, le MAJ travaille. Clicquez sur l'image ci-dessous pour télécharger et lire le magazine.  

Abidjan launch party
Resource

| 16 November 2022

Soirée de lancement du sous bureau IPPF de l'Afrique de l'Ouest et du Centre

Le bureau Afrique de la Fédération Internationale pour la Planification Familiale (#IPPF) a réuni du 17 au 22 octobre à Abidjan, l’ensemble des Directeurs exécutifs et Présidents des Mouvements d'Actions des Jeunes (MAJ) de ses Associations Membres de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (francophones, anglophones et lusophones) dans le cadre du lancement de son nouveau sous bureau pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Revivez les moments forts de cet événement ici Abidjan Sub Office Launch Photo Album et sur la video ci-dessous.

Abidjan launch party
Resource

| 18 May 2024

Soirée de lancement du sous bureau IPPF de l'Afrique de l'Ouest et du Centre

Le bureau Afrique de la Fédération Internationale pour la Planification Familiale (#IPPF) a réuni du 17 au 22 octobre à Abidjan, l’ensemble des Directeurs exécutifs et Présidents des Mouvements d'Actions des Jeunes (MAJ) de ses Associations Membres de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (francophones, anglophones et lusophones) dans le cadre du lancement de son nouveau sous bureau pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Revivez les moments forts de cet événement ici Abidjan Sub Office Launch Photo Album et sur la video ci-dessous.