- - -
bank-phrom-Tzm3Oyu_6sk-unsplash

Actualités

Dernières nouvelles de la fédération

Spotlight

A selection of news from across the Federation

Hear us roar 2

Africa

News item

IPPF Africa Region Quarterly Newsletter - March to June 2022

Quarterly Newsletter - March to June 2022.

Filter our news by:

Zoe Flood_Somaliland_IPPF
news item

| 08 February 2022

Quel prix pour un monde libéré des mutilations génitales féminines ?

Par Marie-Evelyne Pétrus-Barry et Anush Aghabalyan La COVID-19 continue de perturber la prestation des services de santé essentiels dans 90 % des pays du monde. L'Orchid Project, une organisation caritative britannique œuvrant à l'échelle mondiale pour mettre fin à l'excision/mutilation génitale féminine (E/MGF), a également démontré que peu après la mise en œuvre des mesures de confinement, des rapports ont été publiés confirmant que les taux d'E/MGF étaient en hausse. Alors que les efforts de prévention étaient en passe d'éviter 46,5 millions de cas d'E/MGF, les experts prévoient désormais que les retards causés par la pandémie de COVID-19 réduiront de 33% les progrès attendus pour mettre fin aux E/MGF. Selon un rapport conjoint de l'UNICEF et de l'UNFPA, on estime que 2 millions de filles supplémentaires risquent d'être excisées au cours de la prochaine décennie, ce qui portera le nombre total de filles à risque à 70 millions d'ici 2030. Ces chiffres imposants sont tout simplement inacceptables. Avant que la COVID-19 ne ralentisse les progrès en matière d'élimination de l'E/MGF, l’objectif 5.3.2 des Objectifs de développement durable visant à mettre fin à l'excision d'ici 2030 était déjà un engagement ambitieux. Mais la rhétorique n’as pas été assortie d'engagements financiers, et ce manque de ressources n'a été qu'exacerbé par la pandémie de COVID-19. Il suffit de 95 dollars US pour éviter un seul cas d'E/MGF et protéger le droit des filles à la santé, à l'intégrité corporelle, à une vie sans violence et à la jouissance de leur sexualité. Un prix relativement faible à payer, qui fait pâle figure en comparaison des dépenses mondiales consacrées à une militarisation croissante (près de 2 000 milliards de dollars par an) et à une croissance fondée sur l'exploitation des ressources naturelles. En investissant 2,4 milliards de dollars d'ici 2030, nous pourrions mettre fin à l'E/MGF dans 31 pays prioritaires. Pourtant, seuls 275 millions de dollars sont disponibles - soit à peine 4 dollars par fille à risque - ce qui laisse un déficit de financement de plus de 2,1 milliards de dollars. Les filles et les femmes qui ont subi une E/MGF vivent principalement en Afrique subsaharienne et dans les États arabes, mais l'E/MGF est également pratiquée dans certains pays d'Asie, d'Europe de l'Est et d'Amérique latine. Seuls deux pays d'Asie communiquent actuellement des données nationales sur la prévalence de l'E/MGF. Parmi eux l'Indonésie, où 15 millions de filles subiront cette pratique d'ici 2030. L'ampleur réelle du nombre de femmes et de filles touchées par l'E/MGF dans les 11 autres pays de la région où cette pratique reste inconnue. En Afrique, les filles sont plus nombreuses à être excisées entre 0 et 14 ans que dans toute autre tranche d'âge. Les taux de prévalence vont de 15 % à plus de 95 % des filles et des femmes âgées de 15 à 49 ans, certains pays d'Afrique centrale et occidentale représentant une grande partie des chiffres. Investir dans les filles et les femmes est un élément central de la stratégie de l'Union africaine pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, récemment adoptée, ainsi que de l'Agenda 2063 de transformation de l'Afrique, qui, sous l'Aspiration 6, appelle à mettre fin à toutes les formes de violence basée sur le genre, y compris l'E/MGF. L'IPPFAR, par le biais de son sous-bureau auprès de l'Union africaine, galvanise l'action politique pour accélérer l'élimination des MGF/E sur le continent. En outre, grâce à des campagnes de sensibilisation et de communication, au plaidoyer et à la sensibilisation, les associations membres de l'IPPFAR s'efforcent d'empêcher l'excision de plus de 50 millions de filles africaines de moins de 15 ans qui risquent d'être soumises à l'E/MGF d'ici 2030 si une action concertée n'est pas entreprise maintenant. Par exemple, de 2009 à 2020, les associations membres de l'IPPF au Soudan, en Mauritanie, au Somaliland et à Djibouti ont sensibilisé et formé plus de 500 prestataires de services sur l'E/MGF afin de soutenir les clients touchés par l'E/MGF, plus de 25 000 élèves et étudiants et plus de 200 décideurs.  De même, entre 2015 et 2019, Orchid Project a rassemblé des organisations locales de base par le biais d'ateliers de partage des connaissances; 12 ateliers ont été organisés au Kenya, en Tanzanie, au Nigeria, au Somaliland et en Sierra Leone. Au Kenya, en s'engageant dans un programme de consortium avec la Coalition sur la violence à l'égard des femmes (COVAW), S.A.F.E. Kenya et leurs équipes SAFE Maa et SAFE Samburu, Orchid vise également à accélérer la fin de cette pratique au sein des communautés maasaï et samburu du Kenya. En cette journée de tolérance zéro, le projet Orchid, soutenu par la Fédération internationale pour la planification familiale, région Afrique (IPPFAR) et d'autres partenaires, a lancé un appel mondial à l'augmentation des financements pour intensifier les efforts visant à éliminer cette pratique extrêmement nocive d'ici 2030. Par le biais de la campagne "What's the Gap", les organisations de base élèvent leur voix collective pour demander aux gouvernements, aux fondations, au secteur privé et aux autres donateurs potentiels d'augmenter de toute urgence le financement du secteur de l'E/MGF. Il est essentiel que les investissements proviennent de différentes sources - donateurs multilatéraux, philanthropie et secteur privé, en plus des ressources nationales engagées par les gouvernements nationaux. La campagne souligne également que les organisations communautaires locales et les groupes de la société civile savent mieux que quiconque où et quoi faire pour mettre fin aux MGF/E dans les communautés où les incidents sont les plus fréquents. Ainsi, l'augmentation du financement permettrait d'informer et de former les principales parties prenantes, de commander des recherches, d'animer davantage d'ateliers pour sensibiliser les hommes et les garçons, de créer des espaces sûrs pour les jeunes survivantes et de proposer pour les exciseuses.eurs des formations professionnelles alternatives. Alors que la pandémie de COVID-19 se poursuit, restreignant l'accès des filles à l'école et limitant l'accès aux services de santé sexuelle et reproductive, il est urgent d'investir au niveau mondial pour mettre fin à la pratique néfaste des MGF/E si nous voulons atteindre une incidence nulle d'ici 2030. Luttons tous ensemble et engageons-nous à combler le déficit de financement ! Marie-Evelyne Pétrus-Barry est la directrice régionale de la Fédération internationale pour la planification familiale pour la région Afrique (IPPFAR) ; Anush Aghabalyan est la responsable de la politique et du plaidoyer du projet Orchid. ----------------------------------------------------------------------------------------------------- Commémorée chaque année le 6 février, la Journée internationale de tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines vise à amplifier et à orienter les efforts vers l'élimination de cette pratique néfaste. Le thème de cette année est : Accélérer les investissements pour mettre fin aux mutilations génitales féminines - en investissant dans des programmes visant à fournir des services et des réponses aux personnes touchées et aux personnes à risque, ainsi que dans l'élaboration et l'application de lois et le renforcement des capacités institutionnelles en vue d'éradiquer les mutilations génitales féminines.

Zoe Flood_Somaliland_IPPF
news_item

| 06 February 2022

Quel prix pour un monde libéré des mutilations génitales féminines ?

Par Marie-Evelyne Pétrus-Barry et Anush Aghabalyan La COVID-19 continue de perturber la prestation des services de santé essentiels dans 90 % des pays du monde. L'Orchid Project, une organisation caritative britannique œuvrant à l'échelle mondiale pour mettre fin à l'excision/mutilation génitale féminine (E/MGF), a également démontré que peu après la mise en œuvre des mesures de confinement, des rapports ont été publiés confirmant que les taux d'E/MGF étaient en hausse. Alors que les efforts de prévention étaient en passe d'éviter 46,5 millions de cas d'E/MGF, les experts prévoient désormais que les retards causés par la pandémie de COVID-19 réduiront de 33% les progrès attendus pour mettre fin aux E/MGF. Selon un rapport conjoint de l'UNICEF et de l'UNFPA, on estime que 2 millions de filles supplémentaires risquent d'être excisées au cours de la prochaine décennie, ce qui portera le nombre total de filles à risque à 70 millions d'ici 2030. Ces chiffres imposants sont tout simplement inacceptables. Avant que la COVID-19 ne ralentisse les progrès en matière d'élimination de l'E/MGF, l’objectif 5.3.2 des Objectifs de développement durable visant à mettre fin à l'excision d'ici 2030 était déjà un engagement ambitieux. Mais la rhétorique n’as pas été assortie d'engagements financiers, et ce manque de ressources n'a été qu'exacerbé par la pandémie de COVID-19. Il suffit de 95 dollars US pour éviter un seul cas d'E/MGF et protéger le droit des filles à la santé, à l'intégrité corporelle, à une vie sans violence et à la jouissance de leur sexualité. Un prix relativement faible à payer, qui fait pâle figure en comparaison des dépenses mondiales consacrées à une militarisation croissante (près de 2 000 milliards de dollars par an) et à une croissance fondée sur l'exploitation des ressources naturelles. En investissant 2,4 milliards de dollars d'ici 2030, nous pourrions mettre fin à l'E/MGF dans 31 pays prioritaires. Pourtant, seuls 275 millions de dollars sont disponibles - soit à peine 4 dollars par fille à risque - ce qui laisse un déficit de financement de plus de 2,1 milliards de dollars. Les filles et les femmes qui ont subi une E/MGF vivent principalement en Afrique subsaharienne et dans les États arabes, mais l'E/MGF est également pratiquée dans certains pays d'Asie, d'Europe de l'Est et d'Amérique latine. Seuls deux pays d'Asie communiquent actuellement des données nationales sur la prévalence de l'E/MGF. Parmi eux l'Indonésie, où 15 millions de filles subiront cette pratique d'ici 2030. L'ampleur réelle du nombre de femmes et de filles touchées par l'E/MGF dans les 11 autres pays de la région où cette pratique reste inconnue. En Afrique, les filles sont plus nombreuses à être excisées entre 0 et 14 ans que dans toute autre tranche d'âge. Les taux de prévalence vont de 15 % à plus de 95 % des filles et des femmes âgées de 15 à 49 ans, certains pays d'Afrique centrale et occidentale représentant une grande partie des chiffres. Investir dans les filles et les femmes est un élément central de la stratégie de l'Union africaine pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, récemment adoptée, ainsi que de l'Agenda 2063 de transformation de l'Afrique, qui, sous l'Aspiration 6, appelle à mettre fin à toutes les formes de violence basée sur le genre, y compris l'E/MGF. L'IPPFAR, par le biais de son sous-bureau auprès de l'Union africaine, galvanise l'action politique pour accélérer l'élimination des MGF/E sur le continent. En outre, grâce à des campagnes de sensibilisation et de communication, au plaidoyer et à la sensibilisation, les associations membres de l'IPPFAR s'efforcent d'empêcher l'excision de plus de 50 millions de filles africaines de moins de 15 ans qui risquent d'être soumises à l'E/MGF d'ici 2030 si une action concertée n'est pas entreprise maintenant. Par exemple, de 2009 à 2020, les associations membres de l'IPPF au Soudan, en Mauritanie, au Somaliland et à Djibouti ont sensibilisé et formé plus de 500 prestataires de services sur l'E/MGF afin de soutenir les clients touchés par l'E/MGF, plus de 25 000 élèves et étudiants et plus de 200 décideurs.  De même, entre 2015 et 2019, Orchid Project a rassemblé des organisations locales de base par le biais d'ateliers de partage des connaissances; 12 ateliers ont été organisés au Kenya, en Tanzanie, au Nigeria, au Somaliland et en Sierra Leone. Au Kenya, en s'engageant dans un programme de consortium avec la Coalition sur la violence à l'égard des femmes (COVAW), S.A.F.E. Kenya et leurs équipes SAFE Maa et SAFE Samburu, Orchid vise également à accélérer la fin de cette pratique au sein des communautés maasaï et samburu du Kenya. En cette journée de tolérance zéro, le projet Orchid, soutenu par la Fédération internationale pour la planification familiale, région Afrique (IPPFAR) et d'autres partenaires, a lancé un appel mondial à l'augmentation des financements pour intensifier les efforts visant à éliminer cette pratique extrêmement nocive d'ici 2030. Par le biais de la campagne "What's the Gap", les organisations de base élèvent leur voix collective pour demander aux gouvernements, aux fondations, au secteur privé et aux autres donateurs potentiels d'augmenter de toute urgence le financement du secteur de l'E/MGF. Il est essentiel que les investissements proviennent de différentes sources - donateurs multilatéraux, philanthropie et secteur privé, en plus des ressources nationales engagées par les gouvernements nationaux. La campagne souligne également que les organisations communautaires locales et les groupes de la société civile savent mieux que quiconque où et quoi faire pour mettre fin aux MGF/E dans les communautés où les incidents sont les plus fréquents. Ainsi, l'augmentation du financement permettrait d'informer et de former les principales parties prenantes, de commander des recherches, d'animer davantage d'ateliers pour sensibiliser les hommes et les garçons, de créer des espaces sûrs pour les jeunes survivantes et de proposer pour les exciseuses.eurs des formations professionnelles alternatives. Alors que la pandémie de COVID-19 se poursuit, restreignant l'accès des filles à l'école et limitant l'accès aux services de santé sexuelle et reproductive, il est urgent d'investir au niveau mondial pour mettre fin à la pratique néfaste des MGF/E si nous voulons atteindre une incidence nulle d'ici 2030. Luttons tous ensemble et engageons-nous à combler le déficit de financement ! Marie-Evelyne Pétrus-Barry est la directrice régionale de la Fédération internationale pour la planification familiale pour la région Afrique (IPPFAR) ; Anush Aghabalyan est la responsable de la politique et du plaidoyer du projet Orchid. ----------------------------------------------------------------------------------------------------- Commémorée chaque année le 6 février, la Journée internationale de tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines vise à amplifier et à orienter les efforts vers l'élimination de cette pratique néfaste. Le thème de cette année est : Accélérer les investissements pour mettre fin aux mutilations génitales féminines - en investissant dans des programmes visant à fournir des services et des réponses aux personnes touchées et aux personnes à risque, ainsi que dans l'élaboration et l'application de lois et le renforcement des capacités institutionnelles en vue d'éradiquer les mutilations génitales féminines.

Zoe Flood_Somaliland_IPPF
news item

| 08 February 2022

Quel prix pour un monde libéré des mutilations génitales féminines ?

Par Marie-Evelyne Pétrus-Barry et Anush Aghabalyan La COVID-19 continue de perturber la prestation des services de santé essentiels dans 90 % des pays du monde. L'Orchid Project, une organisation caritative britannique œuvrant à l'échelle mondiale pour mettre fin à l'excision/mutilation génitale féminine (E/MGF), a également démontré que peu après la mise en œuvre des mesures de confinement, des rapports ont été publiés confirmant que les taux d'E/MGF étaient en hausse. Alors que les efforts de prévention étaient en passe d'éviter 46,5 millions de cas d'E/MGF, les experts prévoient désormais que les retards causés par la pandémie de COVID-19 réduiront de 33% les progrès attendus pour mettre fin aux E/MGF. Selon un rapport conjoint de l'UNICEF et de l'UNFPA, on estime que 2 millions de filles supplémentaires risquent d'être excisées au cours de la prochaine décennie, ce qui portera le nombre total de filles à risque à 70 millions d'ici 2030. Ces chiffres imposants sont tout simplement inacceptables. Avant que la COVID-19 ne ralentisse les progrès en matière d'élimination de l'E/MGF, l’objectif 5.3.2 des Objectifs de développement durable visant à mettre fin à l'excision d'ici 2030 était déjà un engagement ambitieux. Mais la rhétorique n’as pas été assortie d'engagements financiers, et ce manque de ressources n'a été qu'exacerbé par la pandémie de COVID-19. Il suffit de 95 dollars US pour éviter un seul cas d'E/MGF et protéger le droit des filles à la santé, à l'intégrité corporelle, à une vie sans violence et à la jouissance de leur sexualité. Un prix relativement faible à payer, qui fait pâle figure en comparaison des dépenses mondiales consacrées à une militarisation croissante (près de 2 000 milliards de dollars par an) et à une croissance fondée sur l'exploitation des ressources naturelles. En investissant 2,4 milliards de dollars d'ici 2030, nous pourrions mettre fin à l'E/MGF dans 31 pays prioritaires. Pourtant, seuls 275 millions de dollars sont disponibles - soit à peine 4 dollars par fille à risque - ce qui laisse un déficit de financement de plus de 2,1 milliards de dollars. Les filles et les femmes qui ont subi une E/MGF vivent principalement en Afrique subsaharienne et dans les États arabes, mais l'E/MGF est également pratiquée dans certains pays d'Asie, d'Europe de l'Est et d'Amérique latine. Seuls deux pays d'Asie communiquent actuellement des données nationales sur la prévalence de l'E/MGF. Parmi eux l'Indonésie, où 15 millions de filles subiront cette pratique d'ici 2030. L'ampleur réelle du nombre de femmes et de filles touchées par l'E/MGF dans les 11 autres pays de la région où cette pratique reste inconnue. En Afrique, les filles sont plus nombreuses à être excisées entre 0 et 14 ans que dans toute autre tranche d'âge. Les taux de prévalence vont de 15 % à plus de 95 % des filles et des femmes âgées de 15 à 49 ans, certains pays d'Afrique centrale et occidentale représentant une grande partie des chiffres. Investir dans les filles et les femmes est un élément central de la stratégie de l'Union africaine pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, récemment adoptée, ainsi que de l'Agenda 2063 de transformation de l'Afrique, qui, sous l'Aspiration 6, appelle à mettre fin à toutes les formes de violence basée sur le genre, y compris l'E/MGF. L'IPPFAR, par le biais de son sous-bureau auprès de l'Union africaine, galvanise l'action politique pour accélérer l'élimination des MGF/E sur le continent. En outre, grâce à des campagnes de sensibilisation et de communication, au plaidoyer et à la sensibilisation, les associations membres de l'IPPFAR s'efforcent d'empêcher l'excision de plus de 50 millions de filles africaines de moins de 15 ans qui risquent d'être soumises à l'E/MGF d'ici 2030 si une action concertée n'est pas entreprise maintenant. Par exemple, de 2009 à 2020, les associations membres de l'IPPF au Soudan, en Mauritanie, au Somaliland et à Djibouti ont sensibilisé et formé plus de 500 prestataires de services sur l'E/MGF afin de soutenir les clients touchés par l'E/MGF, plus de 25 000 élèves et étudiants et plus de 200 décideurs.  De même, entre 2015 et 2019, Orchid Project a rassemblé des organisations locales de base par le biais d'ateliers de partage des connaissances; 12 ateliers ont été organisés au Kenya, en Tanzanie, au Nigeria, au Somaliland et en Sierra Leone. Au Kenya, en s'engageant dans un programme de consortium avec la Coalition sur la violence à l'égard des femmes (COVAW), S.A.F.E. Kenya et leurs équipes SAFE Maa et SAFE Samburu, Orchid vise également à accélérer la fin de cette pratique au sein des communautés maasaï et samburu du Kenya. En cette journée de tolérance zéro, le projet Orchid, soutenu par la Fédération internationale pour la planification familiale, région Afrique (IPPFAR) et d'autres partenaires, a lancé un appel mondial à l'augmentation des financements pour intensifier les efforts visant à éliminer cette pratique extrêmement nocive d'ici 2030. Par le biais de la campagne "What's the Gap", les organisations de base élèvent leur voix collective pour demander aux gouvernements, aux fondations, au secteur privé et aux autres donateurs potentiels d'augmenter de toute urgence le financement du secteur de l'E/MGF. Il est essentiel que les investissements proviennent de différentes sources - donateurs multilatéraux, philanthropie et secteur privé, en plus des ressources nationales engagées par les gouvernements nationaux. La campagne souligne également que les organisations communautaires locales et les groupes de la société civile savent mieux que quiconque où et quoi faire pour mettre fin aux MGF/E dans les communautés où les incidents sont les plus fréquents. Ainsi, l'augmentation du financement permettrait d'informer et de former les principales parties prenantes, de commander des recherches, d'animer davantage d'ateliers pour sensibiliser les hommes et les garçons, de créer des espaces sûrs pour les jeunes survivantes et de proposer pour les exciseuses.eurs des formations professionnelles alternatives. Alors que la pandémie de COVID-19 se poursuit, restreignant l'accès des filles à l'école et limitant l'accès aux services de santé sexuelle et reproductive, il est urgent d'investir au niveau mondial pour mettre fin à la pratique néfaste des MGF/E si nous voulons atteindre une incidence nulle d'ici 2030. Luttons tous ensemble et engageons-nous à combler le déficit de financement ! Marie-Evelyne Pétrus-Barry est la directrice régionale de la Fédération internationale pour la planification familiale pour la région Afrique (IPPFAR) ; Anush Aghabalyan est la responsable de la politique et du plaidoyer du projet Orchid. ----------------------------------------------------------------------------------------------------- Commémorée chaque année le 6 février, la Journée internationale de tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines vise à amplifier et à orienter les efforts vers l'élimination de cette pratique néfaste. Le thème de cette année est : Accélérer les investissements pour mettre fin aux mutilations génitales féminines - en investissant dans des programmes visant à fournir des services et des réponses aux personnes touchées et aux personnes à risque, ainsi que dans l'élaboration et l'application de lois et le renforcement des capacités institutionnelles en vue d'éradiquer les mutilations génitales féminines.

Zoe Flood_Somaliland_IPPF
news_item

| 06 February 2022

Quel prix pour un monde libéré des mutilations génitales féminines ?

Par Marie-Evelyne Pétrus-Barry et Anush Aghabalyan La COVID-19 continue de perturber la prestation des services de santé essentiels dans 90 % des pays du monde. L'Orchid Project, une organisation caritative britannique œuvrant à l'échelle mondiale pour mettre fin à l'excision/mutilation génitale féminine (E/MGF), a également démontré que peu après la mise en œuvre des mesures de confinement, des rapports ont été publiés confirmant que les taux d'E/MGF étaient en hausse. Alors que les efforts de prévention étaient en passe d'éviter 46,5 millions de cas d'E/MGF, les experts prévoient désormais que les retards causés par la pandémie de COVID-19 réduiront de 33% les progrès attendus pour mettre fin aux E/MGF. Selon un rapport conjoint de l'UNICEF et de l'UNFPA, on estime que 2 millions de filles supplémentaires risquent d'être excisées au cours de la prochaine décennie, ce qui portera le nombre total de filles à risque à 70 millions d'ici 2030. Ces chiffres imposants sont tout simplement inacceptables. Avant que la COVID-19 ne ralentisse les progrès en matière d'élimination de l'E/MGF, l’objectif 5.3.2 des Objectifs de développement durable visant à mettre fin à l'excision d'ici 2030 était déjà un engagement ambitieux. Mais la rhétorique n’as pas été assortie d'engagements financiers, et ce manque de ressources n'a été qu'exacerbé par la pandémie de COVID-19. Il suffit de 95 dollars US pour éviter un seul cas d'E/MGF et protéger le droit des filles à la santé, à l'intégrité corporelle, à une vie sans violence et à la jouissance de leur sexualité. Un prix relativement faible à payer, qui fait pâle figure en comparaison des dépenses mondiales consacrées à une militarisation croissante (près de 2 000 milliards de dollars par an) et à une croissance fondée sur l'exploitation des ressources naturelles. En investissant 2,4 milliards de dollars d'ici 2030, nous pourrions mettre fin à l'E/MGF dans 31 pays prioritaires. Pourtant, seuls 275 millions de dollars sont disponibles - soit à peine 4 dollars par fille à risque - ce qui laisse un déficit de financement de plus de 2,1 milliards de dollars. Les filles et les femmes qui ont subi une E/MGF vivent principalement en Afrique subsaharienne et dans les États arabes, mais l'E/MGF est également pratiquée dans certains pays d'Asie, d'Europe de l'Est et d'Amérique latine. Seuls deux pays d'Asie communiquent actuellement des données nationales sur la prévalence de l'E/MGF. Parmi eux l'Indonésie, où 15 millions de filles subiront cette pratique d'ici 2030. L'ampleur réelle du nombre de femmes et de filles touchées par l'E/MGF dans les 11 autres pays de la région où cette pratique reste inconnue. En Afrique, les filles sont plus nombreuses à être excisées entre 0 et 14 ans que dans toute autre tranche d'âge. Les taux de prévalence vont de 15 % à plus de 95 % des filles et des femmes âgées de 15 à 49 ans, certains pays d'Afrique centrale et occidentale représentant une grande partie des chiffres. Investir dans les filles et les femmes est un élément central de la stratégie de l'Union africaine pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, récemment adoptée, ainsi que de l'Agenda 2063 de transformation de l'Afrique, qui, sous l'Aspiration 6, appelle à mettre fin à toutes les formes de violence basée sur le genre, y compris l'E/MGF. L'IPPFAR, par le biais de son sous-bureau auprès de l'Union africaine, galvanise l'action politique pour accélérer l'élimination des MGF/E sur le continent. En outre, grâce à des campagnes de sensibilisation et de communication, au plaidoyer et à la sensibilisation, les associations membres de l'IPPFAR s'efforcent d'empêcher l'excision de plus de 50 millions de filles africaines de moins de 15 ans qui risquent d'être soumises à l'E/MGF d'ici 2030 si une action concertée n'est pas entreprise maintenant. Par exemple, de 2009 à 2020, les associations membres de l'IPPF au Soudan, en Mauritanie, au Somaliland et à Djibouti ont sensibilisé et formé plus de 500 prestataires de services sur l'E/MGF afin de soutenir les clients touchés par l'E/MGF, plus de 25 000 élèves et étudiants et plus de 200 décideurs.  De même, entre 2015 et 2019, Orchid Project a rassemblé des organisations locales de base par le biais d'ateliers de partage des connaissances; 12 ateliers ont été organisés au Kenya, en Tanzanie, au Nigeria, au Somaliland et en Sierra Leone. Au Kenya, en s'engageant dans un programme de consortium avec la Coalition sur la violence à l'égard des femmes (COVAW), S.A.F.E. Kenya et leurs équipes SAFE Maa et SAFE Samburu, Orchid vise également à accélérer la fin de cette pratique au sein des communautés maasaï et samburu du Kenya. En cette journée de tolérance zéro, le projet Orchid, soutenu par la Fédération internationale pour la planification familiale, région Afrique (IPPFAR) et d'autres partenaires, a lancé un appel mondial à l'augmentation des financements pour intensifier les efforts visant à éliminer cette pratique extrêmement nocive d'ici 2030. Par le biais de la campagne "What's the Gap", les organisations de base élèvent leur voix collective pour demander aux gouvernements, aux fondations, au secteur privé et aux autres donateurs potentiels d'augmenter de toute urgence le financement du secteur de l'E/MGF. Il est essentiel que les investissements proviennent de différentes sources - donateurs multilatéraux, philanthropie et secteur privé, en plus des ressources nationales engagées par les gouvernements nationaux. La campagne souligne également que les organisations communautaires locales et les groupes de la société civile savent mieux que quiconque où et quoi faire pour mettre fin aux MGF/E dans les communautés où les incidents sont les plus fréquents. Ainsi, l'augmentation du financement permettrait d'informer et de former les principales parties prenantes, de commander des recherches, d'animer davantage d'ateliers pour sensibiliser les hommes et les garçons, de créer des espaces sûrs pour les jeunes survivantes et de proposer pour les exciseuses.eurs des formations professionnelles alternatives. Alors que la pandémie de COVID-19 se poursuit, restreignant l'accès des filles à l'école et limitant l'accès aux services de santé sexuelle et reproductive, il est urgent d'investir au niveau mondial pour mettre fin à la pratique néfaste des MGF/E si nous voulons atteindre une incidence nulle d'ici 2030. Luttons tous ensemble et engageons-nous à combler le déficit de financement ! Marie-Evelyne Pétrus-Barry est la directrice régionale de la Fédération internationale pour la planification familiale pour la région Afrique (IPPFAR) ; Anush Aghabalyan est la responsable de la politique et du plaidoyer du projet Orchid. ----------------------------------------------------------------------------------------------------- Commémorée chaque année le 6 février, la Journée internationale de tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines vise à amplifier et à orienter les efforts vers l'élimination de cette pratique néfaste. Le thème de cette année est : Accélérer les investissements pour mettre fin aux mutilations génitales féminines - en investissant dans des programmes visant à fournir des services et des réponses aux personnes touchées et aux personnes à risque, ainsi que dans l'élaboration et l'application de lois et le renforcement des capacités institutionnelles en vue d'éradiquer les mutilations génitales féminines.